Bienvenue


Bonjour et bienvenue sur mon blog !

Vous y trouverez des informations sur mes divers projets professionnels, mais également des articles sur la céramique. Ce goût de la céramique remonte à l’époque où je travaillais au musée Gallé-Juillet de Creil. J’ai eu l’occasion d’assister la directrice dans le récolement des faïences (le musée possède une collection de plus de 1000 céramiques). Pendant l’inventaire et le nettoyage de la collection, elle me racontait l’histoire de la manufacture, les étapes de fabrication d’une faïence et les conditions de travail des employés de la faïencerie de Creil & Montereau. Le contact de l’œuvre et cette voix qui narrait le contexte de production ont affirmé mes ambitions professionnelles. Quant au Japon, ma fascination pour la culture et l’art japonais remonte à l’enfance. Dans le cadre de mes recherches, j’ai donc naturellement lié ces deux domaines qui me passionnaient : la production céramique et le goût occidental pour le Japon, le « japonisme ».

Après un master de recherche en Histoire de l’Art sur « le japonisme des manufactures de céramique françaises (1861-1930) », j’ai commencé une thèse de doctorat traitant des productions japonisantes reproduites à grande échelle par les fabriques entre 1861 et 1950. L’industrialisation a mis sur le marché des produits qui doivent solliciter l’attention de toutes les classes. Ces objets peu coûteux devaient correspondre à des critères esthétiques et pratiques très hétérogènes. En privilégiant dans un même mouvement collectif tel style, telle forme et tel décor, les différents milieux fournissaient aux fabricants une direction à suivre dans la réalisation de modèles. La stratégie commerciale des manufactures de céramique a été façonnée en conséquence.

Comment évoluent les formes et les motifs japonisants entre 1861 et 1950 ? Quels motifs ont été conservés ? Pour quelles utilisations et dans quel esprit ? Je souhaite éclairer la manière dont les artistes industriels ont cherché à surmonter la fracture entre l’élitisme artistique et le goût populaire en définissant des productions de masse à partir de modèles identifiés et adoptés à l’origine par un milieu très restreint : celui des collectionneurs. Ce projet de thèse sous la direction de Rémi LABRUSSE de l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense intitulé : « La popularisation du japonisme dans la production céramique française (1861-1950) » vise à recontextualiser cette utilisation de la céramique japonisante dans la culture visuelle.

Bonnes découvertes et n’hésitez pas à me laisser des commentaires !

Laissez un commentaire